Fin du nucléaire

Einde van kernenergie — Ende der Atomkraft

NL  DE

NON au projet de décret wallon du déploiement des
compteurs communicants dit « intelligents »

Sommaire

Qu'est-ce qu'un compteur communicant ?retour au sommaire

Le « compteur communicant » est un compteur électrique pouvant être interrogé et actionné à distance, par exemple pour être coupé (le terme de « compteur communicant », plutôt que celui de « compteur intelligent » utilisé dans le projet de décret, est conforme à la réalité car ce dispositif ne comporte aucune intelligence – il y a là un abus de langage et une injure à l’intelligence humaine).

Le Linky, le modèle en cours d’installation en France(1), serait également installé en Wallonie si le décret était voté par le Parlement (voir le chapitre Le projet de décret wallon ci-dessous).

Un « concentrateur » est installé au niveau de chaque cabine basse tension pour assurer la communication entre les compteurs individuels (une centaine par cabine) et le centre de données et de gestion. La communication entre le concentrateur et les compteurs Linky alimentés par la cabine se fait via le réseau électrique basse tension lui-même selon la technique CPL (courants porteurs en ligne), par un signal émis dans la bande des basses fréquences – de 30 kHz à 300 kHz. La communication entre les concentrateurs et le centre de données passe par le réseau de téléphonie mobile (UHF, ultra haute fréquence – de 300 MHz à 3 GHz).

Le compteur communicant collecte les données de consommation de l’usager (la « courbe de charge »), données qui sont stockées dans un centre de données. À partir de cette courbe de charge, nombre d’informations peuvent être déduites sur les habitudes et le mode de vie de l’usager ainsi que l’inventaire des équipements électriques dont il dispose et, par là-même, ceux dont il ne dispose pas encore. Cette contribution au « big data » est certainement une des raisons principales qui expliquent l’engouement des gestionnaires de réseau de distribution pour le compteur communicant, car elle constituerait une source de profit qui s’ajouterait à celles de la mise en place du système et de sa maintenance, cette mise en place représentant à elle seule un budget potentiel de plus de cinquante milliards d’euros dans l’UE (plus de 2 milliards en Wallonie – un coût qui serait évidemment reporté sur les usagers).

Étant donné la faible portée du signal CPL (moins de 200 m), il est nécessaire qu’une majeure partie des compteurs sur une même « grappe d'habitations » soient des compteurs Linky (ils agissent comme répéteurs les uns pour les autres). Dans le cas des habitats dispersés, il sera nécessaire d'ajouter des répéteurs ou d'utiliser un autre moyen de communication que le CPL.

À noter que le signal CPL franchit le compteur et se répand dans le circuit électrique intérieur de l'habitation (même si ce n'est pas utile actuellement – à l'avenir, le compteur pourrait être utilisé pour communiquer avec les « objets connectés » présents dans l'habitation). Les câbles électriques d’une habitation n'étant généralement pas blindés, une partie de ce signal est perdu sous forme de rayonnement électromagnétique présentant un risque pour la santé(2).

En Belgique, il y a environ 6 millions de compteurs et 75.000 cabines basse tension, ce qui fait une moyenne d'une petite centaine de compteurs par cabine (ce qui ferait une petite centaine de compteurs Linky en moyenne par concentrateur). Dès lors, il y aurait potentiellement 6 millions de Linky et 75.000 concentrateurs à installer, sans parler des répéteurs et des centres de données et de gestion.

____
(1) Le déploiement de ce compteur en France rencontre une résistance grandissante de la part des citoyens et des communes : des collectifs anti-Linky naissent un peu partout et, actuellement, près de 700 communes s’opposent au déploiement du Linky.
(2) Il en va de même si vous utilisez le CPL pour votre réseau informatique local (domestique). Cette pollution électromagnétique s'ajoute à toutes les autres et présente un risque pour la santé dont l’ampleur n’est pas bien évaluée actuellement.

Les inconvénients des compteurs communicants en brefretour au sommaire

Ces compteurs présentent de nombreux défauts et risques divers, en termes de protection de la vie privée, de santé publique ainsi que d'impacts sociétaux et écologiques.

Globalement, la consommation d'électricité augmenterait car il n'y aura pas d'économie au niveau du consommateur mais par contre il y a une consommation électrique supplémentaire par les compteurs, les répéteurs, les concentrateurs et les centres de données.

Son déploiement se traduirait par un surcoût important pour le citoyen et les entreprises (compteur plus cher, à faible durée de vie, coût de l'infrastructure et de sa maintenance, surconsommation électrique) et n'est aucunement nécessaire à la transition énergétique comme le prétend le lobby des industriels du compteur communicant (ESMIG - European Smart Metering Industry Group devenu récemment European Smart Energy Solution Providers...).

Le compteur communicant place le citoyen usager sous le contrôle et la surveillance du gestionnaire de réseau en dehors de tout contrôle démocratique et juridique.

Le projet de décret constitue aussi une atteinte au droit d'accès à l'énergie et il n’y pas eu de véritable débat démocratique sur le bien-fondé de ces compteurs.

Voir les chapitres Communiqué et Documents ci-dessous pour plus d'explications.

Le projet de décret wallonretour au sommaire

Le 2 juillet 2018, la « Commission du budget, de l'énergie et du climat » du Parlement wallon a examiné et voté un projet de décret « en vue du déploiement des compteurs intelligents », à la suite de quoi il devrait être soumis au vote du Parlement wallon le 18 juillet 2018.

Lire le projet en 2e lecture (datant de fin avril 2018).
Le projet final (3e lecture) ne diffère que sur le calendrier du déploiement, le principal changement étant « le report de trois ans du démarrage du déploiement » selon le Ministre Crucke lui-même, lors de la dernière séance de la Commission (le 2 juillet – voir le compte-rendu de la séance, pages 78 et 79, compte-rendu disponible ci-dessous).

Comment s'opposer au projet de décret ?retour au sommaire

Dans l'immédiat, la meilleure façon de s'opposer au décret et au déploiement de ces compteurs est de contacter ou d'écrire aux parlementaires wallons, avant le vote du 18 juillet au Parlement, tout particulièrement à ceux des partis politiques qui s'apprêtent à voter pour le décret, le cdH et le MR. Le vote se fera très probablement majorité MR-cdH contre opposition et la majorité ne tenant qu'à une seule voix, la probabilité de faire basculer le vote est grande. Donc, à vos plumes citoyens !

Faites votre lettre à partir des informations disponibles sur cette page ou en partant de ce modèle.

Les adresses courriel des députés sur le site du Parlement wallon :

Les députés du cdH. Et toutes les adresses des députés cdH dans ce document texte.
Les députés du MR. Et toutes les adresses des députés MR dans ce document texte.
– Pour les autres députés : voir le site du Parlement (permet de retrouver députés par circonscription ou par groupe politique).

Documents, livres et vidéosretour au sommaire

Compteurs électriques dits « intelligents » : le gouvernement wallon prépare l’inacceptable (Francis Leboutte, le 27 juin 2018, mis à jour le 8 juillet 2018 – cet article est une extension du communiqué de presse des ASBL Grappe et Fin du nucléaire du 22 juin 2018).

Lettre ouverte à Monsieur Benoît Drèze, député du Parlement wallon et membre de la « Commission énergie » (29 juin 2018).

Le diaporama de Paul Lannoye (Grappe et Fin du nucléaire) présenté lors de la soirée du 13 juin 2018, à Barricade, Liège.
  – Télécharger le fichier exécutable pour MS Windows.
  – Télécharger le fichier PDF (pour tous systèmes et imprimer).

Commission du budget, de l'énergie et du climat (Parlement wallon)

Séance du 2 juillet 2018
 – Le compte-rendu de la séance (examen et vote du projet de décret à propos du déploiement des compteurs communicants : pages 80 à 109 – selon la numérotation des pages PDF). Ce projet devrait être soumis en plénière au Parlement le 18 juillet.

Séance du 15 mars 2018
 – Le compte-rendu de la séance.
 – Le diaporama présenté par Francis Leboutte pour le Grappe et Fin du nucléaire :  PDF et exécutable (MS Windows).

Autres documents

Avis sur les compteurs communicants, Grégoire Wallenborn (Docteur en sciences de l’environnement, ULB).
Supprimer les compteurs à budget (RWADE Réseau wallon pour l'accès durable à l'énergie).
 Compteurs, PW, demande d'amendements avant le vote définitif au Parlement wallon (juillet 2018, Teslabel).
Je refuse qu'on installe un compteur « intelligent » chez moi, Paul Lannoye (Kairos).
En Région de Bruxelles-Capitale : Compteurs communicants : pour un vrai débat démocratique !

Pétitions

Des pétitions contre la loi visant à rendre ces compteurs obligatoires.

Livre

Sexy, Linky ? Nicolas Bérard. Le passager clandestin, janvier 2018 (2e édition), 120 pages, 5 €.
Pour voir le vrai visage du nouveau compteur électrique Linky sans se faire enfumer par Enedis (Enedis est le GRD français - GRD : gestionnaire du réseau de distribution).

Documentaire vidéo

Envoyé spécial du jeudi 14 juin 2018 (Élise Lucet, France 2, 28 min.) : Les révoltés du Linky. À voir sur francetvinfo.fr ou sur Youtube.

Logo non au Linky

100 pixels de large
218 pixels de large